Au Moyen Orient en 1960

Bienvenue sur mon blog

Archive pour mars, 2011

Au Liban 01 : au collège.

Posté : 15 mars, 2011 @ 11:48 dans Non classé | Pas de commentaires »

classe014.jpgLiban : Les premières heures de classe.

C’est au moins ma vingtième rentrée dans une salle de classe avec des élèves. Mais c’est la première aujourd’hui, de l’autre coté de la barrière : celle des enseignants.
Je me  sens  gêné face aux parents libanais  qui veulent me voir et me parler. Je ne suis  pourtant pas qu’un peu fier d’être le nouveau professeur de français de la classe de cinquième du collège d’Antoura au Liban.
Ce sentiment d’infériorité vient du constat de la taille de mes élèves. Ils sont presque tous plus grands que moi, sauf un petit français fils d’un diplomate en poste à Beyrouth. Avec mon petit mètre soixante quatre, j’ai la crainte  de paraître ridicule, au pays ou la taille et la force sont primordiales. Aussi dès le premier jour je tiens à m’affirmer. Car les anciens du collège m’ont a averti : « Cette classe de cinquième est réputée difficile. Ces 25 terribles ados, ces mêmes élèves ont usé deux professeurs l’année précédente, en sixième. » Je vais devoir être ferme ou qui sait ruser. C’est vraiment l’inconnu.

classe032.jpg 

Ce mardi matin neuf heures : C’est la première classe de Français. Les élèves et le jeune  professeur s’observent mutuellement. Allez ma décision est prise : je vais ruser. Mais je n’ai pas encore observé  qu’ils sont si différents de caractère des collégiens français qui savent faire bloc contre un pauvre professeur trop débonnaire. Leur point faible que je  semble remarquer ce premier jour, c’est le peu de solidarité qui existent entre eux, tellement ils sont différents : Parmi eux deux confessions différentes s’opposent, les chrétiens et les musulmans. J’ai pu constater l’importance de sur mon visa en lisant la mention « chrétien ». A l’intérieur même de ces confessions religieuses il y a d’autres clivages, les chrétiens sont orthodoxes, maronites, coptes etc. les musulmans sont chiites, sunnites, Alaouites, Ismaéliens, Druzes. Les nationalités sont aussi très différentes : des libanais, des syriens, des français dont les parents travaillent à l’ambassade de France. Les mentalités sont donc souvent très différentes.

classe04.jpg

Pour la première classe de français, j’ai choisi de faire une dictée. Histoire peut-être d’oublier que ce fut autrefois le point noir durant mes études primaires. J’ose espérerer alors, que ce sera l’occasion ou jamais, d’apprendre, en les enseignant, les subtilités de l’orthographe. Je découvre aussi, dès le premier jour le plus gros défaut de mes élèves : « ils sont tricheurs. » Le préfet des études m’a averti dés le premier jour de classe : « cela fait partie de leur tempérament d’orientaux. » Malgré les surveillances les plus strictes, des petits papier roulés en boules circulent presque toujours sous les tables. Le responsable des études le voyant corriger ses premières copies, l’avertit
alors : « Vous constatez, si vous les avez laissé se placer eux-mêmes dans la classe, vous verrez des ressemblances entre les copies. Enfin vous apprendrez tout cela avec le temps.”

classe05.jpg

Je me remémore un jour,  une tactique efficace d’un de mes anciens professeurs  pour faire régner la discipline. Je me souviens qu’Il nous a lu  un roman à suspense,
pour calmer les élèves, en instaurant une autodiscipline : « à la fin de chaque heure de cour, quand  satisfait de la bonne tenue de la classe.
L’ensemble de la classe
 bénéficie de quelques minutes de lecture très captivante. »

classe07.jpg

Voici la méthode : Sur le tableau, 10 minutes de lecture sont symbolisées par 10  traits de craie. A chaque manquement grave un trait disparaît, c’est une minute en moins. Le coupable se voit alors réprimandé par ses petits copains. A la bibliothèque, monsieur Lassus, le bibliothécaire du collège me procure un ancien roman policier qui m’a passionné autrefois quand il avait l’âge de ses élèves : Maximilien Héler.

eleves01.jpg

La seconde arme si l’on peu dire est plus pédagogique. C’est le jeu des questions réponses avec les élèves. En un mot, un dialogue perpétuel qui se substitue au cour
magistral. Les classes de vocabulaire se passent  à réaliser un mot croisé collectif sur le tableau. Bien sur avec la permission d’utiliser tous les livres ou dictionnaires
disponibles.
Puis avec un peu d’habitude et la bonne tactique enseignante, les élèves en général de la classe de cinquième se sont mis à aimer le cour de français. Il
faut en effet préciser que ce n’est pas leur langue maternelle, mais qu’elle est utilisée souvent dans leur famille libanaise.

eleves02.jpg

Le jeune petit prof que je suis, est surpris dès ces premières semaines par l’affectation tout à  fait improvisée qu’on vient de me donner avec ce rôle de prof principal de
français. Je n’oublie pas que je suis venu de France pour enseigner l’anglais.C’est d’ailleurs ce que je fais une fois par semaine dans la classe maternelle. Ce sera une autre histoire.

eleves04.jpg 

C’est ainsi que je me retrouve, au bout d’un mois, dans le bureau du préfet des études pour faire le point sur tous  ces sujets.

 

De l'Atlantique au Pacifique |
Gîte à Bard le Régulier : L... |
L'Irlande, mon pays d'adoption |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Monde carte pays
| untoulonnaisaujapon
| Retour sur sa terre natale